Puits, citernes, fontaines et lavoirs

Il existe à Charras, un petit patrimoine lié à l’eau. Il s’agit des puits, citernes, lavoirs et mares.

La population s’alimentait à des points d’eau tels que les puits. Longtemps l’eau des puits reste peu propice à la consommation ; l’eau étant souillée par des infiltrations. Les puits pouvaient être communaux ou être insérés dans une propriété. Vingt-neuf puits ont été recensés à Charras dont certains ont des liens, forés sur la même nappe phréatique. Les puisatiers creusaient et enlevaient les déblais à l’aide d’un treuil. Au fur et à mesure du creusement les bords du puits étaient étayés. Arrivé à l’eau, un cercle en charpente de chêne était posé et on maçonnait en moellons jusqu’au sol. Ensuite, on construisait la partie aérienne.  

Citerne de Chez Tourneau

En plus des puits, on trouvait des citernes pour stocker l’eau et des timbres où s’abreuvaient les bêtes. Quarante citernes ont été répertoriées à Charras. Les citernes sont des aménagements pour récupérés l’eau de pluie. Pour conserver une bonne qualité de l’eau, les citernes sont enterrées. Souvent, au dessus de ces citernes, des constructions en pierre ont été bâties pour également protéger l’eau des impuretés. Elles se composent de deux compartiments : un pour la décantation et un pour le stockage. Le toit est raccordé à la citerne. Les eaux des toits arrivent dans le bassin de décantation et le trop plein se déverse  dans le compartiment de stockage. L’eau de pluie des citernes sert à nettoyer la maison, arroser le jardin, alimenter les animaux de la ferme.

L’abreuvoir, Illustration de Patrice Cablat, auteur de bande dessinée résidant à Angoulême

Les fontaines étaient des endroits où l’on pouvait venir boire. Une source ou un courant était capté. Il existe plusieurs sortes de fontaines : fontaines à ras le sol, fontaines en surface avec un bâti en pierre, fontaines avec basins.

Les lavoirs marquent la volonté de la population, au XIXe siècle, de respecter les principes élémentaires d’hygiène. L’emplacement des lavoirs est choisi en fonction de la qualité et de la quantité d’au disponible et de la possibilité d’évacuer les eaux usées pour éviter une contamination de l’eau. Il s’agit d’un lieu communautaire où les femmes venaient faire leurs lessives. Le Conseil municipal de Charras, en date du 28 avril 1867, souhaite que Charras dispose d’une belle fontaine, d’un lavoir, d’un bassin, d’un étendoir et d’un abreuvoir. Une souscription est nécessaire. Le conseil étudiera le projet.

Part of the heritage of Charras has to do with the use of water.

There are altogether 29 wells on its territory. Apart from these wells, one would find cisterns (40 in all) to stock rain-water. They were for the most part sheltered under stone structures and the water was often kept in two different basins.

People would drink the fountain water. The spring-water flowed into different pools and in some cases these were set up so as to allow women to do their laundry.

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord