ÉCURAS

Écuras est situé sur les premières hauteurs du Massif central en arrivant de l'ouest et forme avec Eymouthiers l'extrémité sud de la Charente limousine.

Le dénivelé est important entre le bas de la commune situé au bord de la Tardoire en bas de Perry, à 111 mètres, et le sommet situé à La Prèze, à 280 mètres. Châtain-Besson est à 234 mètres d'altitude et le bourg à 222 mètres. Châtain-Besson tire son nom de deux énormes châtaigniers sortis du même tronc, jumeaux par conséquent (Besson en occitan veut dire jumeau).

Vue aérienne du bourg d'Écuras, ©Les Clichés d’Eole, 2013

La commune est limitée au sud et à l'est par la Tardoire, qui la sépare de celle d'Eymouthiers, mais aussi du département de la Dordogne. La commune est aussi bordée à l'ouest par la vallée de la Renaudie, profond vallon, zone protégée avec circuits de découverte, que parcourait autrefois l'ancienne voie ferrée métrique d'Angoulême à Roumazières passant par Montbron. Le petit Mairat entamait là la longue montée vers l'Arbre et Montemboeuf.

Four droit de la tuilerie Gaillard

 L’argile fut longtemps exploitée sur la commune d’Écuras. Au lieu-dit Rairie, la Tuilerie Gaillard du premier quart du XXe siècle a cessé ses activités dans les années 1970-1980. On a également exploité dans son sous-sol un gisement de plomb argentifère.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les vignes y furent importantes. Les vins de médiocre qualité étaient essentiellement vendus vers le Limousin limitrophe.

Le charme d’Écuras réside dans ses pentes boisées, ses vallonnements sans cesse renouvelés, parfois abrupts, ses prairies verdoyantes où paissent les vaches limousines. Ce sont ces paysages qui en font un attrait pour les touristes français ou d'ailleurs. D'où la création du village de vacances de Chat de quelques 250 pavillons, d'un golf de 9 trous dont l'extension à 18 trous sur la commune voisine de Rouzède a été inaugurée le 21 mai 2005. Si bien qu'avec ses 267 résidences secondaires contre 250 résidences principales, Écuras est classée commune touristique.

Ecuras lies on the western foothills of the Massif Central. It lies mainly on granite, with a zone of gneiss in the east. It is borded east and west by the river Tardoire which separates it from the Dordogne, and on the western side by the Renaudie valley.

Tile-making (from clay) and wine-growing were activities of the past. Today it is exclusively agricultural, with the extensive raising of cattle (mainly the Limousin breed).

A varied network of paths permit hikers, bikers and horse-riders to enjoy its wonderful countryside.

Le circuit des fontaines

            Par sa position sur les premiers contreforts du Massif central, Écuras a un substrat primaire essentiellement composé de granite et de gneiss qui ont généré, par désagrégation, des argiles. Il n'est donc pas surprenant que l'eau soit à faible profondeur et s'écoule le long de ces couches imperméables. D'où de nombreuses sources et mouillères. Ceci explique la dispersion de l'habitat et le groupement des habitations autour de ces points d'eau. Car, « de toutes les choses du sol, les sources sont les plus utiles à la vie humaine » (Camille JULLIAN, Histoire des Gaules). On compte sur la commune d'Écuras, une trentaine de hameaux habités (qu'on appelle ici villages) pour une population totale d'environ 650 habitants et une superficie de 2422 hectares. Il faut savoir que la commune était relativement très peuplée au XIXe siècle (1617 habitants en 1876).                   

Fontaine du Bois de la Font

Chaque hameau possédait sa source et son puits communal. Ces fontaines furent plus ou moins aménagées pour répondre aux besoins de la vie domestique rurale. Elles comportaient en général déjà un lavoir ; en effet, il faut noter que très peu de villages furent construits en bordure de la Tardoire, si bien que les femmes ne pouvaient aller laver leur linge à la rivière comme cela se faisait souvent. Outre le lavoir, on trouvait également un abreuvoir pour les animaux de la ferme et un bassin pour y nettoyer les topinambours ou autres racines utilisées pour l'alimentation du bétail. Les topinambours, émincés et mélangés à du son ou de la farine, servaient à nourrir les veaux et les jeunes porcs.

Une seule fontaine de la commune, la fontaine Saint-Étienne, à l'entrée du Bourg, avait un tout autre usage. C'était une fontaine de dévotions, dévotions qui ne cessèrent vraiment que lorsqu'elle fut malencontreusement déplacée de l'autre côté de la route, au siècle dernier. Saint Étienne avait la réputation de guérir de nombreuses maladies, en particulier l'incontinence et les hémorragies.

        La municipalité d’Écuras a décidé de restaurer ce petit patrimoine et a conçu deux circuits reliant 16 fontaines entre elles. Une randonnée permettant de découvrir des villages et des paysages en dehors des sentiers battus.

The population of Ecuras has always been scattered among the 30 hamlets that constitute the community. Most of them were built near a spring providing the water vital for rural life.

These fountains are full of charm and secrecy. Quite often, the water was made to flow into one or more basins for women to wash the laundry and for farm animals to drink. These installations have recently been restored and two circuits (green for the north and yellow for the south) enable them all to be seen, while walking through the green hilly countryside. Free maps are available at the local pub, the post office and the town hall, as well as at the Montbron Tourist Office.

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord