EYMOUTHIERS

Vue aérienne de La Tricherie à 'Eymouthiers, ©Les Clichés d’Eole, 2013

La commune d'Eymouthiers appartient dans sa partie nord à la zone granitique du département, la Charente limousine, dont c'est la commune la plus au sud. Elle est limitée au nord par la Tardoire, qui la sépare de la commune d'Écuras, et dont la vallée mérite le coup d’œil. En venant de l'ouest, en limite du Bassin aquitain, ce sont les premières terres du Massif central, et le territoire communal en est donc très accidenté.

La commune occupe le versant méridional de la vallée de la Tardoire qui coule au fond d'une gorge assez marquée. De hautes collines sont présentes au sud et à l'est de la commune. Le point culminant du territoire communal est à une altitude de 254 mètres, situé sur la limite orientale.

La Tricherie, le bourg, est à 245 mètres d'altitude. De sa position élevée, on peut voir les campagnes périgourdines et angoumoisine.

Niché au sortir d’une étroite vallée où s’écoule la Tardoire, le logis du Chambon datable des XVIe, XVIIe et XIXe siècles, est propriété du Conseil général de la Charente qui y a établi un Centre de Plein Air situé au bord de la Tardoire.


Le centre de plein air du Chambon (Etablissement Public Administratif) a pour vocation d'accueillir des groupes de tous horizons pour la pratique de sports de pleine nature, leurs stages d'entraînements, ou leur formation. La structure leur propose aussi de l'hébergement et de la restauration sur place.

 

Logis du Chambon, ©JM. NOSSANT/Pays Horte et Tardoire

Le nom d’Eymouthier-Ferrier ou Monasterio Ferrario viendrait, d'une part, de l'importance du ou des monastères et prieurés. Dès le Xe siècle, la légende parle de plusieurs monastères et prieurés à et autour d'Eymouthiers, tous relevant du chapitre de Saint-Martial de Limoges et fondés par l'ordre des Bénédictins. Par exemple, Puyservaud était le siège d'un monastère attesté depuis le XIIe siècle. Les ruines ont été effacées en grande partie par de radicaux travaux d'aménagement dans les années 1980. Une tradition locale rapporte que le monastère avait été un rendez-vous de chasse pour le jeune François Ier. À cela, rien de surprenant, puisque sa mère et sa grand-mère, Louise de Savoie et Marguerite de Rohan, étaient Dames de Montbron, et la plupart des grandes forêts qui entouraient la cité de Montbron relevaient de leur château. La légende asssure que les parties de chasse se terminaient par des repas galants servis à l'abri des murs discrets du monastère, et le pitancier, pour plaire à son seigneur, présentait souvent des truites de la Tardoire, mets favori du prince et de ses invités.

D'autre part, le nom viendrait de la présence de mines de fer et de forges, en activité dès le haut Moyen Âge si ce n'est aux périodes gauloise et gallo-romaine. Mines et forges ont actuellement complètement disparu.

Cette ancienne paroisse du Périgord fut rattachée à la Charente en 1790-1791. En effet, Eymouthier-Ferrier appartenait en 1660 au diocèse de Limoges et dépendait de l'archiprêtre de Nontron. La paroisse fut rattachée à la Charente en 1790. Une délibératon du 27 novembre 1790 demandait à demeurer attachée à la Dordogne. Cette demande fut refusée par ordre du Directoire du District de La Rochefoucauld.

La Tricherie

Le nom de la Tricherie viendrait de ce que les premiers grands propriétaires auraient gagné leur fortune en jouant aux cartes. D’ailleurs, plusieurs maisons possèdent en façade, des as de cœur, de trèfle ou de pique gravés.

Eymouthiers lies on the southern granit fringe of the Charente Limousine area and therefore partly belongs to the Massif Central, which accounts for its hilly countryside with deep valleys such as the Tardoire, alongside which stands the Chambon Manor – the Department’s centre for outdoor activities.

As early as the 10th century, Eymouthiers was the seat of numerous monasteries and priories founded by the Benedictines. There are hardly any remains from these times, even at Puyservaud, where King François I is said to have sojourned.

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord