Fontaine Saint-Pierre

Monument votif de la fontaine Saint-Pierre, ©JM. NOSSANT/Pays Horte et Tardoire

Dédiée à saint Pierre, l'existence d’une église ici est attestée dès le Xe siècle. Elle avait sans doute remplacé un sanctuaire chrétien plus ancien. Cette église déjà en ruine en 1789, fut totalement détruite au milieu du XIXe siècle pour être remplacée par celle de La Tricherie.

En 1862, elle est décrite ainsi : plan en carré long, avec six fenêtres plein cintre très étroites à l'extérieur et très évasées à l'intérieur; colonnettes romanes et voûte en plein cintre en berceau lisse. Longueur : 19 m 35, largeur : 8 m 15.

L'église disparue, devenue une simple cure, avait été, dès le Xe siècle, une vicairie perpétuelle unie au chapitre de Saint-Martial de Limoges, lui-même fondé par l'ordre des Bénédictins.

Un prieuré dépendant de l'église Saint-Pierre-es-Liens d'Eymouthier-Ferrier et membre de l'abbaye Saint-Martial de Limoges devait exister. L'abbé Albert avait acheté l'église Saint-Pierre d'Eymouthiers vers 1150 pour y créer un prieuré qui fut uni à la Réfectorie Claustrale en 1486. Ce prieuré resta régulier tant que le fut le monastère de Saint-Martial de Limoges, et primitivement conventuel, il devint séculier en 1563. Il n'y eut alors plus de moines. Le prieuré Saint-Pierre d'Eymouthiers n'est plus mentionné à partir du XVIIe siècle après les ravages des guerres de religion.

La fontaine Saint-Pierre

Saint Pierre à la fontaine. Illustration réalisée par Clémence Germain, auteure de bande dessinée résiandant à Angoulême.

L'ancienne église Saint-Pierre-ès-Liens d'Eymouthiers se dressait au-dessus du rocher duquel se trouve la fontaine de dévotion elle aussi dédiée à Saint Pierre. La source jaillit de la roche pour s'écouler dans un ancien bassin aux bords maçonnés de pierres granitiques.

Quelques années après la construction de l'église de La Tricherie, soit en 1861, le curé de la paroisse, Delanoue, et le maire issu d'une famille de notables de la commune, Pradignac, eurent à cœur de faire bâtir le monument votif qui surplombe la fontaine. Celui-ci venait remplacer l’église Saint-Pierre-es-Liens disparue.

Ce petit édicule est du même style que le porche néo-classique de l'église de La Tricherie : même fronton triangulaire mouluré, à métopes, d'ordre dorique, même équilibe harmonieux des proportions. Le corps de l'édicule comporte une niche cintrée dans laquelle se trouve une statue polychrome en plâtre de saint Pierre datant de 1994. Le socle de pierre qui soutient le monument votif, avec ses deux corniches moulurées, l'une en haut, l'autre à la base, parachève le rythme néo-classique de l'ensemble.

The ancient St Pierre ès Liens church was built in the 10th century presumably on the site of a former Christian sanctuary, on the rock overlooking the devotional spring.

In the 12th century, it became a vicarage, depending on the Chapter pf St Martial Abbey in Limoges, which had been founded by the Benedictines. Its conventual role ceased with the disappearance of the monks in the 16th century. It was eventually demolished in the middle of the 19th century and replaced by the church of La Tricherie.

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord