Église Saint-Jean-Baptiste

L’église de Grassac, placée sous le vocable de saint Jean-Baptiste, remonte à l’extrême fin du XIe siècle.

La paroisse de Grassac figure parmi celles rattachées à la mense épiscopale par une bulle de mai 1110 de Pascal II. En 1097, Adémar, évêque d’Angoulême, l’avait donnée à l’abbaye de Bourgueil (Indre-et-Loire) qui la rattacha à son prieuré de Beaulieu d’Angoulême. Par une bulle du 5 décembre 1529, Clément VII la détacha de cette abbaye et la donna à celle de Saint-Ausone d’Angoulême. Elle fut le siège d’un archiprêtré, vers le XIIIe siècle, dont dépendaient les communes environnantes.

Le maître d’œuvre posant. Illustration réalisée par Patrice Cablat, auteur de bande dessinée résidant à Angoulême

 À l’origine, au XIe siècle, c’était un édifice simple à nef unique voûtée en berceau. Le clocher avec un bel étage bas orné d’arcatures repose sur un faux carré et la coupole à huit pans est soutenue par des trompes. Il précède une abside voûtée en cul-de-four avec une large baie remaniée. Le mur sud de l’église a conservé la presque totalité de ses dispositions romanes d’origine. Cinq colonnes appuyées au mur décorent l’intérieur de la nef. À l’extérieur de ce mur, une pierre sculptée de rosaces en réemploi semble être un débris de sarcophage du XIIe siècle et on remarque aussi l’emplacement d’une porte qui donnait sur le cimetière.

L’église fut agrandie au XVIe siècle au nord par une nef latérale qui a dû être voûtée d’ogives à la suite de dommages causés vers 1570. Son autel était dédié à Notre-Dame. Cette construction nous a laissé deux élégantes fenêtres gothiques.

L'église Saint-Jean-Baptiste aujourd'hui charpentée, ©JM. NOSSANT/Pays Horte et Tardoire
Façade occidentale avant son dégagement, carte postale, collection privée

La façade occidentale a été plusieurs fois remaniée. Le porche de la fin du XVe siècle, en partie mutilé, a été restauré. La construction du presbytère, vers 1700, avait caché la partie nord-ouest. Des travaux de restauration ont permis de dégager toute la façade.

À l’intérieur de l’église, on trouve :

- une tête sculptée sur un pilier rond qui pourrait être le portrait du maître d’œuvre de la nef latérale ;

- une chaire façon noyer avec abat-son ;

- une cuve en pierre, fond baptismal, qui semble d’époque romane ;

- un tableau moderne de Deschamps représentant Sainte Marguerite de Cortone en extase, offerte par un membre de la famille Barbier-Poupart vers 1940.

St John the Baptist’s church dates back to the late 11th century. In the 13th century, it became the seat of an archpriest who had authority over the neighbouring parishes.

A long the centuries, the church underwent a certain number of alterations but it has kept a great part of its original elements from the Norman period (the main nave with its circular vault, the half-domed apse, the southern wall, most of the church tower). The northern side aisle with a Gothic vault was added in the 16th century. The 15th century doorway has been restored.

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord