Place du Pigeonnier

La place tient son nom de la tour en hémicycle, aujourd’hui écrêtée, appelée le pigeonnier. On ne sait pas avec certitude si la tour servit réellement d’habitation pour les pigeons domestiques mais sa forme, habituelle pour les pigeonniers, est sans doute à l’origine de la dénomination.

Cet espace public, créé en 1998, a permis de régler les problèmes de stationnement de la Grand'Rue voisine. Ce projet a été complété en 2000 par la réhabilitation de bâtiments et l'aménagement de locaux commerciaux tout autour de la place lui conférant une belle homogénéité.

 

D'ici, on distingue nettement le donjon roman sur son promontoire, et les toitures des habitations situées en contrebas. C'est sur ce versant sud, que le village s'est implanté, la vallée du Bandiat se développant dans la partie nord.

Au Moyen Âge, le village de Marthon était cerné par un rempart, protégé par des douves au sud, et par la rivière Bandiat au nord. Quatre portes, disparues depuis au moins le début du XIXe siècle, permettaient d'accéder au village : la porte du Pont (près du pont du Bandiat), la porte de la Bécasse (entre la chapelle Saint-Jean et le moulin), la porte du Tranchard (sur la Grand rue en direction de Nontron), enfin la porte des Amigeons (sur la Grand rue en direction d'Angoulême).

La datation de l'enceinte villageoise est encore imprécise, mais on estime qu'elle fut construite peu de temps après le donjon roman. Cette enceinte médiévale est partiellement conservée dans sa partie nord sur une quinzaine de mètres. Ici, au sud, on devine son tracé seulement grâce à l'étude minutieuse du plan cadastral. L'implantation des façades qui se déploient sous nos yeux nous aide également à comprendre que ces bâtiments prenaient certainement appui sur le rempart. Une infime partie de ce mur d'enceinte subsiste encore non loin de là, rue des anciennes douves. Son parement se caractérise par un moyen appareil (c'est-à-dire un agencement régulier de pierres de taille moyenne) à joints étroits et l'on distingue la présence d'une baie plein cintre et d'une archère, ouverture très étroite permettant aux archers de tirer sur les ennemis tout en restant en sécurité.

Les douves qui précédaient le rempart sud, furent abandonnées sans doute dès la fin du Moyen Âge. Elles sont aujourd'hui occupées par des jardins fortement encaissés, visibles un peu plus loin au sud-est, dans le quartier des Bégauds, en remontant vers la place du Champ de foire.

Vestiges de l'ancien mur d'enceinte, carte postale, collection privée

The square called “dovecot square” takes its name from the semicircular tower which has new been completely levelled. This public area was created in 1998 and completed in 2000 by the renovation of several buildings and the creation of commercial premises all round the square, thus giving it a pleasing homogenous appearance. The Romanesque keep on the promontory and the roofs of the houses below can be seen quite clearly. The construction of the façades indicates that these buildings were almost certainly leaning on the old village ramparts. A small part of this wall can still be seen close by, in the rue des anciennes douves.

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord