Église Saint-Antoine

L'église de Souffrignac, sous le patronage de saint Antoine, est perchée sur une colline dominant la vallée du Bandiat. Elle s’imbrique avec l’ancien presbytère, le cimetière et les granges attenantes.

L'église Saint-Antoine et son cimetière, ©JM. NOSSANT/Pays Horte et Tardoire

Elle fut donnée, en 1155, par l'évêque d'Angoulême, Hugues II Tizon, à l'abbaye de Grosbost, et cette donation fut confirmée, en 1177, par son successeur, Pierre de Lomond. C'est pourquoi, les moines de Grosbost en avaient la présentation ; mais ils avaient perdu ce privilège au XVIIe siècle ; et elle était tombée à la collation directe de l'évêque.

Fenêtre et figurines revêtues du voile des cisterciens

Vers la fin du XIIe siècle, l’église fut construite, ou reconstruite, sur la décision de l’abbaye de Grosbost. La nef, précédée d’une travée sous le clocher, ainsi que le faux carré ont perdu leur berceau. Le chœur, très court a lui conservé son berceau. Le chevet est plat.

L’intérieur tout blanc est voûté en bois. On réalise l’élégance d’ensemble des deux nefs, entre la simplicité de la première et la complexité de la seconde, où se trouve le dessin de la porte d’origine donnant sur le cimetière actuel.

Le sanctuaire carré, orné d'une fenêtre plein cintre, où est un vitrail moderne représentant saint Antoine, est surmonté d'une voûte plein cintre, basse et étroite. Une chapelle latérale, dédiée jadis à saint François, forme au sud une seconde nef à deux travées. Les deux voûtes à arêtes portent à leurs clés un blason où est un lion issant. Une des fenêtres est de style flamboyant ; l'autre, plein cintre, est ornée extérieurement de deux figurines grossières, revêtues du voile des cisterciens.

Les fonts baptismaux

Les fonts baptismaux de l'église Saint-Antoine

Les fonts baptismaux de Souffrignac, datables du XIIe siècle et provenant de la cathédrale d’Angoulême, sont des plus classiques : auge à plan rectangulaire et à parois verticales. La plus intéressante a sa moitié inférieure abattue en tronc de pyramide ; la partie supérieure est richement décorée, de têtes humaines aux angles, et de rinceaux dessinant, sur la face antérieure, deux encadrements curvilignes, dans lesquels sont un lion et un aigle, rappelant probablement Saint Marc et Saint Jean. La face opposée, adossée au mur et invisible, porte les deux autres bêtes de l’Apocalypse, l’ange et le bœuf.

Les fonts baptismaux de la cathédrale d’Angoulême emmurés dans l’église Saint-Antoine à la Révolution. Illustration réalisée par Nicolas Gazeau, auteur illustrateur résidant à Angoulême.

The church stands close to the churchyard, the former presbytery and barns, on top of a cliff overlooking the Bandiat valley. In 1155, the Bishop of Angoulême gave it over to the abbot of Grosbot who had it built (or rebuilt). Only the choir has kept its circular vault. A side chapel was later added in the south. It is made up of a two-bayed nave with a ribbed vault.

The 12th century font comes from Angoulême. Its upper part is richly decorated with human heads at the angles and, on the front, St Mark's and St John's symbols (the lion and the eagle).

2 Rue des Vieilles Écoles

16220 MONTBRON

 

Tel : 05 45 63 15 16

Fax : 05 45 60 39 93

Email : cdc-seuil-charente-perigord@wanadoo.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CDC Seuil Charente-Périgord